La plus ancienne habitante de Oysonville, L’Eglise !

Publié le 27 Juin 2011

La construction de l’église date du XIIIe siècle.

Oysonville

C’est en effet vers 1200 que l’on trouve la première mention d’un curé à Oysonville. De cette époque, seule est encore visible l’entrée de l’église : portail en pierre dont une partie est toutefois rénovée. Brûlée ainsi que le château par les anglais au XVe siècle, l’église fut à nouveau consacrée en 1539.

Contrairement à de nombreuses églises, notre église contient encore de nombreux éléments de mobilier appartenant aux périodes antérieures.

Ainsi, plusieurs dalles signalant les restaurations et de nombreuses pierres tombales sont exposées dans la nef.  La plus ancienne et la plus ouvragée date des environs de 1408. Elle a été classée en 1906 au titre d’objet des monuments historiques. Elle représente un des seigneurs de Oysonville, Adam d’Escrosnes, et sa femme. Cette dalle recouvrait auparavant leur tombeau, située en dessous de la nef mais détruite au moment de la révolution.

On peut aussi observer une épitaphe*, celle de Marguerite Houssaye, sœur du curé de la paroisse en 1605. Cette dernière fait dont à l’église de plusieurs terres et d’une somme d’argent afin que l’on prie pour son salut.

Enfin, quelques ouvrages de menuiserie du XVIIIe siècle sont encore présents dans l’église : retable du maître-autel et de Saint André, chaire et banc d’œuvre.

L’intérieur porte fortement la marque des travaux menés entre le XVIIIe et le XXe siècle.

Ces travaux avaient essentiellement pour but d’effacer tous les signes d’armoirie liés  au pouvoir seigneurial et royal dans l’église. Toutefois, les restaurations les plus importantes sont liées à celles menées par le marquis d’Oysonville, en 1853 et 1856. Il fit construire la chapelle située au fond à droite de la nef, établir le chemin de croix et poser des vitraux. Il finança aussi la peinture des voûtes.

 

Source : S.Durgeau

 

* Une épitaphe (du grec epitáphios, « qui se célèbre sur un tombeau ») est une inscription funéraire, placée sur une pierre tombale ou un monument funéraire. Cela peut être un objet donné à une civilisation comme signe de paix.

.

 

Publié dans #Histoire

Repost 0
Commenter cet article