Les origines du nom «Oysonville»

Publié le 21 Décembre 2009

L’histoire nous apprend que Oysonville s’appelait Oisonville pendant une courte période de l’histoire et a été renommé ainsi en 1897. Plus tôt encore, les invasions germaines (les francs) eurent pour conséquence la décadence des villes et le développement des centres ruraux. Aussi maints villages actuels ont-ils comme noyau un domaine de l'époque franque. Souvent dans le nom du village, apparaît le nom du lointain fondateur du domaine. Le plus souvent, le domaine était désigné sous le nom de "villa". Ce mot se transforma en "ville" ou "villare".

Il est très facile de remarquer que dans la Beauce, défrichée à l'époque franque, presque tous les villages ont une terminaison en "ville": Sainville,  Angerville… et Oysonville, soit le domaine d’Oyson (ou d’Oison)!

L’oison est le petit d’une oie. La passion de cet animal pour l'homme était bien connue des anciens: bien plus qu'un oiseau d'agrément, on utilisait sa vigilance. On lui confiait la garde de la maison, comme on la confie de nos jours au chien. Elle était aussi la compagne des jeux de l'enfance. Chez les Gaulois et au moyen-âge, c’était le plus estimé des oiseaux de basse-cour.

Certains habitants parlent aussi d’une légende où les Oies du Capitole se seraient posées à l’emplacement même du village…

Le nom de Oysonville serait il donc associé à l’animal? Peut être pas car «oison» est aussi un vieux terme rural correspondant à plusieurs «javelles» nom du XIIe siècle qui est issu du latin populaire gabella, d'origine gauloise, désignant ce qu'on rassemble par tas, par poignées de grain, de céréales! Pure hypothèse d’un non historien mais Oysonville, village marqué par son agriculture, prendrait alors tout son sens…


« Les paroles s’envolent et les écrits restent ». Ainsi veut le proverbe.
Mais c’est pourtant les paroles qui ont fait évoluer l’écriture du nom de notre village. Si l’origine gallo-romaine « ville » est maintenant prouvée, la réelle origine de « Oysonville » est loin de révéler tous ses  secrets.  Mais l’histoire qui suit mérite une attention particulière. Un officier supérieur en retraite à Toury, le commandant Constantin, avait été employé aux travaux de la carte de France et avait proposé pour Oysonville une origine teuton-franque qu’il explique ainsi :

Vers la fin du règne de Louis IV (mort en 954) la langue latine n’était plus employée que dans les écrits, c’était la langue scientifique. La langue franque (allemand) issue des invasions avait disparu. La cohabitation linguistique du francique et du latin populaire avait entraîné de profonds bouleversements linguistiques et avait amené une modification des noms de lieux en leur donnant une terminaison romane*.

Le nom d’origine franque du village serait donc…

« Ochsenweiler »,

ou l’enclos des bœufs ! Ceci est tout à fait probable car des photographies aériennes du village ont permis d’identifier de grands ensembles d’enclos géométriques.

Cette forme germanique a alors évolué sous l’habillement romane dont on a revêtu les mots d’origine germanique: « villa » prévaudra dans les écrits sur « weiler » (enclos ou hameau en germanique).

 

Quoi qu’il en soit l’étymologie d’Oysonville, « les écrits restent » : la commune portera dans les chartes du moyen age les noms de Osenvilla , Oseinvilla, Osinvilla, Ossanivilla et Oysonvilla.

 « Les paroles s’envolent» peut-être mais ces paroles là, cette communication orale, ont fait évoluer le nom de la commune, de la même façon que la langue française issue du latin et du francique est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. Mais ceci est une autre histoire…


Allan ANCHISI

*
On nomme langue romane toute langue issue essentiellement du latin vulgaire (au sens étymologique de « populaire »), c'est-à-dire la forme de latin utilisée pour la communication de tous les jours, par opposition au latin classique et littéraire.


 

 

 

Rédigé par Allan ANCHISI

Publié dans #Histoire

Repost 0
Commenter cet article

Source 24/01/2014 15:58

Source: Allan Anchisi, Étonnantes histoires d'Oysonville, un village beauceron, Éditions du nets